Svâdhiṣhthâna

Deuxième chakra : Svâdhiṣhthâna (Chakra sacré)

Son nom sanscrit signifie « la résidence de soi », « bien fondé », « bien positionné », il est situé à l’extrémité inférieure du sacrum, 6 à 7 doigts en dessous du nombril. La couleur du Svadhisthana est l’orange, la couleur de l’aurore, qui symbolise l’éveil de la conscience. L’orange est la couleur de l’activité et de la pureté. Il indique les qualités positives qui se trouvent dans ce Chakra telles que la joie, la foi, la confiance en soi et l’énergie. L’animal qui représente le Svâdhiṣhthâna Chakra est le crocodile. Il symbolise la paresse, l’insensibilité et le danger qui sommeille en ce Chakra.

Son élément est l’eau, également un symbole du danger invisible. L’eau est douce et fluide, mais elle représente aussi un immense pouvoir lorsqu’elle n’est pas sous contrôle. Et c’est exactement la même chose pour ce Chakra. Lorsque les émotions négatives qui émanent du subconscient émergent dans la conscience, nous pouvons nous retrouver en complet déséquilibre.

Le mantra pour l'éveiller est la monosyllabe VAM.

 

Le Svâdhiṣhthâna Chakra marque l'évolution de notre conscience vers la pure conscience humaine.

Il est le siège du subconscient dans lequel sont emmagasinées toutes les expériences et impressions de notre vie depuis le début de notre existence dans le ventre de la mère. L’éveil de ce Chakra apporte clarté et développement de la personnalité. Il est directement lié à l’énergie du plaisir comme la sexualité, le désir, la sociabilité et la créativité (partagée ensuite avec d’autres personnes). Il régit aussi notre relation à la nourriture, à la fécondité, et gouverne notre sensibilité intérieure.

Le Svâdhiṣhthâna Chakra est dessiné comme un lotus à six pétales, qui représentent nos six "qualités" négatives qui doivent être dépassées (la colère, la haine, la jalousie, la cruauté, le désir et l’orgueil) pour atteindre l'équilibre. Les autres "qualités" de base qui freinent son développement sont la léthargie, la peur, le doute, la revanche, l’envie et la cupidité.


Svâdhiṣhthâna trop actif ("trop ouvert") :

  • Souvent provoqué au moment de la puberté, dû à l'éveil des forces sexuelles qui déstabilisent.

  • Si vous avez manqué de tendresse étant enfant, il peut en résulter un Svâdhiṣhthâna trop actif : une imagination sexuelle débridée, avec un aspect refoulé et une autre face de la personnalité orientée vers la boulimie sexuelle, la nymphomanie, la recherche de l'acte sexuel sans communion et des pratiques excessives, exagération des fantasmes inassouvis, frustration.

  • Tendance à pleurer ou à vous mettre en colère facilement.

  • État qui ressemble étrangement à de la dépression, mais qui en réalité n'en est pas !

  • Niveau physique : gourmandise, maux de ventre (sous le nombril), excès de sensualité et comportement immature

 

Svâdhiṣhthâna bloqué ("fermé") :

  • Au cours de la puberté, si la personne a complètement bloqué ses énergies sexuelles naissantes, cela provoque à long terme un manque de reconnaissance de sa propre valeur.

  • Absence de sensibilité. Vous risquez de devenir indifférent aux choses et personnes qui vous entourent.

  • Vous pouvez également ressentir une forte mélancolie, un sentiment désabusé et une impression de manque. Encore une fois, on trouvera son origine dans l'enfance et dans des familles trop rigides.

  • Manque d'enthousiasme et peur de l'inconnu.

  • Crainte de ne pas être assez bien, de n'avoir pas été désiré ou de n'être pas assez désirable.

  • Vous cherchez trop souvent à obtenir des retours par rapport à vos accomplissements.